Skip to content

Ares, la jeune ligue française qui monte (tres) vite

More than 2,000 people were present at the Dôme de Paris pour Ares 4 mi-mars. Ares

Ce samedi, le Dôme de Paris will acceillir Ares 5, the three-year manifestation in three months of the jeune ligue française de MMA created by Fernand Lopez, l’entraîneur de Ciryl Gane.

Ce samedi, c’est toute la scène MMA Française que aura rendez-vous à Paris. Pas encore pour un événement UFC mais une nouvelle soirée Ares. For the 50th year after its creation in 2019, the French league organizes a grand raout ce samedi, Ares 5, un peu plus d’un mois après Ares 4, qui succédait déjà à Ares 3 un mois plus tôt, signe d’un développement quickly.

«I thought that it would continue to grind all the vitesse, but if the development is not as fast as I expected», assured pourtant are creator and president Fernand Lopez. Connu comme l’entraîneur à succès de Francis Ngannou puis surtout de Ciryl Gane, l’ancien boxeur professionnel ajouté la création de la jeune ligue française à son impressive pedigree dans le world des arts martiaux mixtes.

Legalized in France after January 2020 for the Roxana Maracineanu contest, the MMA grandit vite et Fernand Lopez well bought. If in this way there is a figure of proof, the interest and manque pas de mercier celle que a yield possible l’advancée de cette discipline longtemps restée confidelle aussi well dans les salles que sur les écrans sur le territoire. Huée lors de son apparition début février à Ares 3, the Minister delegated aux Sports to this defended by the patron of the ligue française sur les réseaux sociaux: «au nom des miens et de la communauté MMA, je dis merci à cette femme

Tremplin vers l’UFC

Fin politique et gérant parfaitement organisé, celui que couve également la pépinière de talents «MMA Factory» aspire to faire grandir l’Ares Fighting Championship, que a remis ses premières ceintures en décembre 2020 à Dakar (Sénégal), avant d’atterrir en France . D’abord au Palais des Sports Marcel-Cerdan de Levallois-Perret l’an passé puis au Dôme de Paris (ou Palais des Sports, dans le 15e arrondissement de Paris) pour l’exercice 2022. Avant d’investir une future enceinte sortie de terre in 2023, to laquelle Lopez et Ares ont contributed financially.

Signe encore de la santé de l’organisation française. «Personne sur le territoire n’a une organization comme la nôtre», congratulates Fernand Lopez, I found my debut in April at the MMA Factory, du côté de Rungis. Là-bas, il accueille et cornaque des dizaines combattants de tous horizons, ainsi qu’un certain Ciryl Gane. Battu fin janvier par Francis Ngannou pour la ceinture des lourds en UFC, le Français remains the locomotive du MMA français et apporte une précieuse contribution, aussi bien médiatique que financière, à Ares.

And the new locations of the MMA Factory are waiting well for you to see the autrement plus prestigieuse league north-americaine. Comme l’Argentin Laureano Staropoli (9 wins, 5 career losses), relegated from the UFC. Pour mieux and returner? «Fernand more than likely understands that fighting Ares is a good option to come back ensuite to the UFCtrusts the interest, which made its debuts in the league with the same face with Britannique Carl Booth in the main carte (from 9:00 p.m.). I thought I had kissed Ares for three combats to come back to the UFC because of three good combattants for Ares.»

La «Fight Card» d’Ares 5, avec le Français Damien Lapilus (poids coqs) in tête d’affiche. Ares

Chasser sur les terres du Bellator

«Beaucoup de combattants sont sortis d’Ares pour aller à l’UFC, on commenced à voir une bonne réputation», congratulates l’entraîneur à succès. «Ares, c’est le mini UFC, tout y es bien organisé comme aux Etats-Unis, I thought I linked her to a great future», prophesied Shakbulat Abuev (2 victories-1 defeat), battu à Ares 3, où il a défendu les couleurs de la Tchétchénie. Avant de les porter un jour en Amérique, «dans deux ou trois ans», voire en France, où Dana White, le charismatique patron of the UFC, répète son envie d’organiser un évènement.

Certain athletes ont me refusé l’UFC in disant qu’ils étaient well peasant à Ares

Fernand Lopez, President of Ares

Eldorado a temps rêvé, l’UFC ne reste toutefois pas un fin en soi. Pas même financierement. «The athletes Ares are satisfied with the financial conditions, certains ont me refusé l’UFC in disant qu’ils sont bien payés», assure Fernand Lopez, who remains discret on the bourses allouées à ses fighters. In revenge, il souhaite «salarier the moitié de (ses) combattants d’ici la fin de l’année, pour qu’ils puissent avoir des retraites». More than 70 garnissent aujourd’hui les rangs de cette jeune organisation. Encore loin des surpuissants UFC et Bellator, l’autre ligue nord-américaine, who confiscated à ce day the rôle d’antichambre de l’UFC.

«On rest in Dessous du Bellator, ils sont là depuis très longtemps et ont la machine CBS pour veiller sur euxagreed Fernand Lopez. Mais on aspire to aller très au-dessus, on n’est déjà pas loin en termes de qualité.» He foresees that savoir-faire will not be limited to a côté de l’Atlantique.

SEE ALSO – Les meilleurs buts du PSG face à l’OM

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.